Sophie Le Roux


Acces à la collection

Sophie Le RouxSophie le Roux, photographe de spectacle, elle déploie ses talents lors des concerts, répétitions, enregistrements en studio et interviews… Ses photos sont présentées dans la presse, pochettes CD et DVD,

la poste lui offre une place dans son cercle philatéliste en lui commandant les portraits de Michel Petrucciani (2001) et Claude Nougaro (2011).

L’association APPAR, a destination de Bibliophiles et collectionneurs utilisera ses images pour un magnifique Portfolio en héliogravure, édité en 70 exemplaires (sept 2011) « Le jazz au bout des doigts » est devenu une référence dans ce domaine.

Bien avant cette reconnaissance professionnelle dans le milieu du spectacle, Sophie rencontre Robert Doisneau, entre eux il s’installe une grande amitié et complicité. Parmi leurs échanges, la photo et ses principes techniques sont toujours une source de création et d’observation inépuisable.

La Foire de la photographie de Bièvres, lui attribue le prix du portrait « Daniel Masclet » en 1995, lors de l’exposition, qui réuni amateurs et professionnels de la photo. Dès lors, bien que déjà maman de deux enfants, Sophie ne va pas trainer derrières ses casseroles, mais au contraire, dès le soir venu, part se faufiler dans les clubs parisiens, dont le Petit Journal Montparnasse, la Villa, le Sunset, le Petit Opportun … pour assouvir sa passion photographique.

Aujourd’hui, Sophie dispose de milliers d’images argentique et numérique, elle poursuit son chemin dans les festivals Nice, Vienne, North sea Jazz festival, Cork … et toujours les clubs parisiens qui lui ouvrent leur porte.

La collection qu’elle rassemble, autour des portraits de mains de musiciens, a fait de Sophie une solide réputation d’observatrice, au delà du portrait traditionnel, « le jazz au bout des doigts » est devenu une curiosité incontournable à explorer et une approche personnelle forte en sensibilité.

Parmi ses photos atypiques vous retrouverez les mains de Ron Carter, Carla Bley, Marcus Miller, Roy Hargrove, Didier Lockwood … qui retrouvent ici une autre dimension de leur dextérité.

©Sophie Le Roux